ARTICHAUT

Histoire
Il est probablement originaire du bassin méditerranéen, et on signale sa présence pour la première fois en Italie durant la Renaissance, au milieu du XVIème siècle. Il fut ensuite introduit en France, d’abord sur les tables royales : Catherine de Médicis en était très friande, de même que Louis XIV, qui en raffolait. À l’époque du Roi Soleil, La Quintinie, le responsable des potagers de Versailles, en distinguait déjà 5 variétés différentes : l’artichaut «blanc», «le vert», le «violet», le «rouge», et le «sucré de Gênes». C’est vers 1810 que fut créé et développé, par un agronome de la région parisienne, le gros «Camus de Bretagne», devenu aujourd’hui l’artichaut le plus consommé en France, bien avant le «Violet de Provence» et le «Blanc Hyérois».

Les plus
L’artichaut est naturellement riche en fibres : il contient des fructo-oligo saccharides, des fibres solubles qui lui donnent sa saveur un peu sucrée. Ces fibres solubles jouent un rôle important sur la régulation de l’assimilation de certains nutriments : ils permettraient de mieux assimiler certains minéraux comme le calcium et le magnésium.
L’artichaut est source de vitamine B9, nécessaire à la multiplication des cellules et leur renouvellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *