POMME DE TERRE

Histoire
L’histoire de la pomme de terre est celle d’une plante cultivée, originaire de la région du lac Titicaca, très anciennement domestiquée par les peuples amérindiens du sud-ouest de l’Amérique latine, que les explorateurs et conquistadors espagnols ont découverte et rapportée en Europe au XVIème siècle. Les Européens l’ont progressivement acclimatée et adoptée au point d’en faire dès le XVIIIème siècle un ingrédient essentiel de leur alimentation, surtout dans l’Europe du Nord, de l’Irlande à la Russie. La pomme de terre a été un des facteurs de la Révolution industrielle avant d’être diffusée principalement par les empires coloniaux, et aussi pour les nécessités de la navigation, dans tous les continents. Au XXème siècle et encore au début du XXIème siècle, elle poursuit son expansion, particulièrement en Asie et en Afrique. Elle est devenue également la matière première d’une industrie de transformation agroalimentaire, tant pour la production de l’amidon et de ses dérivés que pour la fabrication d’aliments industriels.
Les Espagnols ont connu cette culture dans la première moitié du XVIème siècle des Incas, qui appelaient la plante papa en quechua. La ressemblance de la pomme de terre avec la patate douce (batata) amena les conquistadors à les confondre et ils les appelèrent toutes deux patatas. Au XVIIIème siècle, ils commencèrent à différencier les deux plantes, appelant la pomme de terre, patata (en Espagne, car en Amérique latine elle a conservé son nom de papa), et la patate douce, batata. L’anglais potato apparaît à cette époque. Le nom allemand, Kartoffel, provient de la similitude du tubercule avec la truffe, en italien tartufolo.

Les plus
Elles sont le légume le plus consommé au monde ! Longtemps montrée du doigt comme faisant grossir, la pomme de terre est pourtant peu calorique au vu de sa teneur en sucres lents. Elle apporte ainsi beaucoup d’énergie, grâce à ses sucres complexes assimilés lentement par l’organisme (et donc utilisés plutôt que stockés) et bien moins de calories que pâtes et pain (85 cal/100 g pour les pommes de terre contre 250 cal pour le pain et 150 pour les pâtes) !
Également riche en potassium, eau, phosphore et magnésium, la pomme de terre est un légume qui mérite d’être réhabilitée même chez les personnes surveillant leur ligne ; il suffit dans ce cas de la préparer nature en évitant friture et sauces trop riches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *